Les aléas d’un aller simple au bout du monde

aller simple au bout du monde

Un aller simple au bout du monde, et traverser les Amériques. Certes, ce plan est un peu fou, mais en tant que voyageuse folle, il fallait qu’il soit à ma mesure. Et ça y’est, j’ai débarqué à Ushuaïa ! Mais…


En vérité, j’ai éprouvé plus de difficultés que ce que je pensais. C’est entre autres la raison pour laquelle je n’ai rien écrit pendant si longtemps ! Il faut dire que la vie est faite d’imprévus, et même si je fais l’éloge du départ à l’aventure, je reste humaine et un poil consciente : ça fait flipper.

Euh en fait c’était bien, hein ! Mais,… Salut !

Se sentir libre avant de partir

Comme je l’expliquais dans mon tout premier article, il était hors de question de partir le cœur lourd : le voyage “fuite” ne résoud rien. Généralement, il ne fait que repousser les problèmes à une autre échéance. C’est pourquoi il est important de bien se préparer mentalement, et de se sentir bien dans sa peau avant de partir.
Depuis mon retour du Mexique en janvier 2016, j’avais envie de ce voyage des Amériques. En août, j’ai réservé mon aller simple pour le mois de novembre.
Je me suis donc laissé quelques mois pour gérer mon départ. Mais c’était sans compter sur…

Les joies et les problèmes de dernière minute

Eh oui, tout n’est pas si simple ! C’est à croire que soucis choisissent toujours le moment où on n’a pas le temps de les gérer pour se pointer. J’avais décidé cette fois ci de prendre mon temps pour vendre des affaires, en donner d’autres, trouver un colocataire pour me remplacer, prévoir les assurances, faire mon sac, manger du fromage plus que raisonprofiter de ma région, déménager…
Mais le destin est ainsi fait :

  • Des gros soucis m’ont fait partir à l’étranger 2 semaines
  • Juste avant, j’avais accepté d’être témoin d’un mariage mi-octobre (le plus beau qu’il m’ait été donné de voir), ce qui a aussi pris du temps.
  • Quelqu’un de mal intentionné a essayé de m’extorquer de l’argent
  • Etc…

Ce qui a grandement écourté ma préparation, engendrant de ce fait beaucoup plus de stress que prévu !

Ma recette pas pratique : préparer un aller simple au bout du monde

Liste non exhaustive

  • Avoir très très envie de partir depuis très très longtemps
  • Acheter un aller simple pour la destination de son choix
  • Gérer des problèmes personnels imprévus
  • Respirer
  • Travailler beaucoup pour contrer les dépenses engendrées
  • Se faire emmerder par d’autres soucis à la con
  • Respirer
  • Manger des tonnes de fromage et avoir mal au ventre
  • Faire un sac le plus léger possible avec des vêtements et affaires techniques, ordinateur, guitalélé
  • Réaliser qu’on part
  • Flipper beaucoup sa race parce qu’en fait, on se croit fort mais on reste humaine
    Ça y est. Plus le choix. Plus de retour en arrière. Mes années dans ma ville adorée, dans mon appartement et mon confort, terminés.
  • Respirer
    si je me sens mal, j’ai “juste” à prendre un billet retour.
    La seule différence de l’aller simple au bout du monde est qu’il offre la liberté de la date… En étant bien sûr un peu plus cher.
  • Manger des tonnes de fromage et avoir mal au ventre mais on s’en fout on en mangera pas pendant des mois/années
  • Dire au revoir et pleurer un bon coup
  • Manger des tonnes de fromage et avoir mal au ventre mais haaaa putain ça va me manquer…
  • Sauter dans l’avion et se laisser partir…

En conclusion… Tout va bien au meilleur des bouts du mondes

aller simple au bout du monde
Je suis bien arrivée à Ushuaïa, ville du bout du monde. Et je ne regrette rien. J’ai déjà fait des rencontres magiques, et un peu randonné. C’est le printemps austral, il fait moche, il fait froid, il pleut, il neige, mais les paysages absolument époustouflants, la chaleur des nouveaux amis et du maté me font vite oublier la météo…

J’y reste jusqu’à la réception ma nouvelle carte bancaire (ah oui, un autre souci de dernière minute !), et après un ou deux articles !
C’est parti pour la traversée des Amériques du Sud au Nord!

Et vous ? Vous avez déjà vécu les aléas de dernière minute ?

11 Comments on “Les aléas d’un aller simple au bout du monde

  1. c’est bien de garder le sens de l’humour !!! Garde le soleil dans ta tête , et continue à nous faire rêver et sourire . Tu veux un colis de reblochon ?

    • Oh ça serait pas de refus mais à part de la carte… Je veux pas que la douane me fasse d’emmerdes !

  2. Je suis bien au chaud… mais je t’envie tellement !!! Bon début de voyage 😊

  3. Je suis très fière de ton chemin parcouru!! Profites à fond!! C’est une idée folle mais te connaissant…elle te va tellement bien !!!
    Fais nous encore rêver et rire!! 💗

    • Merci poulette… je fonce 🙂 et je m’éclate (au sens figuré 😛 )

  4. On avait déjà parlé de tout ça, mais je suis contente de voir (au fil de tes posts facebook) que les choses vont de mieux en mieux ! Sois heureuse, profite, cette expérience va être formidable (et l’est déjà).

    • Les choses s’améliorent, peu à peu, et évidemment j’en donne pas le détail ici. Mais en gardant une philosophie positive… la roue tourne !
      Merci de ton soutien <3

  5. Hello !

    Je viens de découvrir ton blog (via un post sur le groupe FB voyager au feminin en sac à dos) et j’ai qu’une chose à dire…wow !
    Je devrais être en train de travailler et pourtant je me retrouve à dévorer chaque article en pensant au moment où moi aussi j’oserai 😉

    Petite question, as-tu prévu un article un peu “pratique” sur ce que tu as mis dans ton sac ? 🙂
    Je me demande en particulier quel genre de matériel de camping tu as prévu car je compte changer le mien bientôt et je me dis que quittes à investir ce serait bien de le faire dans du matos que je pourrais embarquer le jour où je viens découvrir ce bout du monde qui fait tant rêver !

    Merci et bon vent ! 🙂

    • Hello Adeline !
      Ouah, ton commentaire me touche, ça me fait plaisir que tu me lises avec tant d’avidité…
      Ah les jours où on est sensé travailler et on se retrouve à procrastiner sur facebook.. 😉
      TU OSERAS ! Si t’as besoin, n’hésite pas à me contacter en privé via ma page facebook ou par email ici, je peux te conseiller !
      J’ai eu plusieurs personnes qui m’ont demandé ce que j’ai mis dans mon sac… Alors je pense que je vais pas tarder à faire un article en effet !
      Mais j’ai besoin de “m’arrêter” un peu géographiquement pour ça.
      Alors niveau camping, j’ai une chose à te dire : si tu vas en Patagonie, prévois du CHAUD et qui sèche vite. Pour la tente, 3-4saisons, légère. Pour le sac de couchage… les plumes c’est cool mais ça sèche lentement.
      Et prévois des rangements étanches, sacs plastiques, ziploc. La météo est capricieuse !

      Bon vent, et encore une fois, si t’as plus de question hésite pas à me contacter en privé !

      • Oups, tu as été plus rapide que moi sur la réponse malgré, je pense, des connexions internet aléatoires…

        En tout cas merci d’avoir pris le temps de me répondre et à suivre pour un prochain article “pratique” ! 🙂

        Pour le moment j’engrange de l’expérience professionnelle et je mets des sous de côté mais oui, je le sais, un jour -sûrement dans un an ou deux- j’arriverai à sauter le pas et prendre cet aller simple !
        En attendant tes articles prouvent que c’est possible de passer de ce rêve à la réalité 😉
        Enjoy!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *